Projet de solidarité internationale à Shire
Les enfants accueillis dans la mission à Shire



Quelques mots des jeunes faisant partie de l’aventure « Shire 2014 » !


« Ma volonté de partir en Ethiopie vient d’abord du fait que je voulais revivre une expérience semblable, mais à la fois très différente de celle que j’avais eue en Roumanie quelques années auparavant. Le contact avec les habitants du pays et même de continent différent du nôtre est toujours très enrichissant. On découvre de nouvelles manières d’être et de faire, on apprend de nouvelles langues, on côtoie de nouvelles personnes, on voit de nouveaux visages. Ce sont toujours des instants forts qui forgent une personnalité et un caractère et qui permettent de grandir, de s’épanouir et de revenir transformer. » Lucie G.


« Dans deux mois le grand départ! Quelle impatience! Participer à un voyage humanitaire est pour moi une grande première, même si je souhaitais faire ça depuis plusieurs années déjà. Lorsque l'opportunité de m'engager dans un projet de solidarité international s'est présentée à moi, je n'ai pas hésité, et c'est sans aucun regret! Ce projet me fait énormément grandir : rencontrer des personnes de différents horizons et échanger avec eux régulièrement par rapport à nos ressentis et notre vécu est quelque chose de très important dans la préparation de ce voyage en Ethiopie. Alors que le projet se concrétise pas à pas, plusieurs questions m'interpellent : seront-nous prêts à temps? Comment est-ce que ce sera sur place? Ces questions me font prendre conscience que je n'arrive en aucun cas à imaginer ce qu'on verra sur place, mais une chose reste sure, ce voyage fait d'ores et déjà parti d'un des moments les plus forts de ma vie! » Aurélie V.


« Pourquoi ce voyage ? La réponse est tellement évidente. J’ai accepté de participer à ce projet parce que j’ai toujours voulu donner de moi-même à ceux qui sont dans le besoin. Un sourire, de la joie, c’est principalement ce que je veux voir sur les visages des gens et des enfants quand nous y serons. Nous sommes dans un monde rempli d’inégalités. J’ai besoin de rendre service. On m’a toujours appris à aider mon prochain.

Dans ce genre de projet, on ne sait jamais à quoi s’attendre. On ne peut pas s’imaginer ce que l’on découvrira là-bas, parce que c’est tellement loin de notre petite vie tranquille… Forcément, il y a de la peur, des questions qui ne cessent de défiler dans notre esprit...

La préparation au projet avec tous les membres de l’équipe me permet d’être rassurée et de me dire que je ne suis pas seule dans ce projet. L’entraide est super important.

J’attends avec impatience d’être sur les terres éthiopiennes et de voir tous ces gens avec qui nous allons vivre des moments si forts pendant ce mois de juillet. » Manon M.


« Je m'appelle Maxime, j'ai 21 ans et c'est la première fois que je pars en Afrique, c'est même la première fois que je prends l'avion. Ce projet humanitaire et solidaire en Ethiopie est un moyen pour moi de découvrir le monde, mais surtout de découvrir l'Homme. Comment ceux qui sont plus pauvres que nous peuvent nous apporter ce qu'il y a de plus riche? C'est la question que j'ai envie de me poser pendant cette préparation, et à laquelle j'aurai la réponse là-bas. Le groupe que nous formons me motivent puisque nous apprenons à nous connaitre, nous vivons des choses ensemble, et nous développons ce projet ensemble. Je souhaite vraiment grandir dans mon humanité avec ce projet, mais aussi, dans ma foi. Même si ce n'est pas le but premier de ce voyage, il va, je l'espère, me permettre de vivre une foi plus incarnée. Je suis à un carrefour de ma vie où j'ai décidé de me réorienter dans mes études et d'entrer en école d'infirmier l'année prochaine, ce projet va donc s'inscrire dans l'envie de servir l'autre qui grandit toujours plus en moi. » Maxime G.